Le chauffage au bois est-il une solution écologique ?

L’urgence climatique est souvent illustrée par une image de forêt en feu. Mais ce n’est pas pour autant que l’utilisation du bois comme combustible de chauffage est mauvais pour l’environnement, bien au contraire ! Alors, quels sont réellement les impacts environnementaux du bois énergie, utilisé pour le chauffage ?

Brûler du bois, néfaste pour la planète ?

Une cause de déforestation

La déforestation est la réduction de la surface des forêts sur le long terme, c’est-à -dire les cas où les arbres abattus ne seront pas remplacés et qu’à la place de la surface auparavant forestière, une autre activité sera développée. La déforestation est un problème de grande envergure, qui détruit la faune et la flore et participe au réchauffement climatique : à l’échelle mondiale, chaque année, ce sont des millions d’hectares de forêt qui disparaissent sans être remplacés.

Les zones les plus touchées par la déforestation sont les pays pauvres, notamment l’Amérique du Sud (forêt Amazonienne), l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Indonésie, où la forêt est réellement amoindrie par ce phénomène car les collectivités territoriales n’ont pas toujours les moyens lutter contre ce fléau. En effet, dans 80% des zones où la forêt disparaît, c’est au profit de l’agriculture (commerciale en majorité, mais aussi de subsistance pour environ ⅓ des cas). Près de 15% de la déforestation est liée à l’expansion des zones urbaines et aux constructions d’infrastructures. Et 5% de la perte forestière est causée par l’activité minière.

En réalité, s’il est parfois considéré comme une cause de la déforestation, les coupes de forêts pour le bois de chauffage ont un impact très limité voire nul sur la déforestation. Car l’industrie forestière s’organise avec des forêts de culture et s’assure que pour chaque arbre coupé un nouvel arbre soit replanté, lui permettant d’avoir chaque année le même stock de bois disponible afin de répondre aux besoins du marché (et même de faire face à la croissance des besoins).

En France, la plupart des forêts sont durables et au global il y a même plus d’arbres plantés que d’arbres abattus chaque année. En 200 ans, la forêt française a doublé et il reste encore une marge considérable avant que cette expansion forestière ne soit menacée. On peut donc considérer que l’industrie du bois de chauffage est donc bénéfique aux forêts françaises et permet d’accroître l’effort de lutte contre les gaz à effet de serre grâce à la photosynthèse : comme le clame l’ONF (l’organisme national des forêts) les forêts sont de gigantesques puits de carbone.

Il est aussi important de préciser qu’une fois coupé, le bois continue de stocker le carbone qu’il a séquestré durant ses années de vie, tandis que l’arbre qui l’a remplacé commence déjà à en stocker à nouveau.

Contribue aux concentrations de particules fines

Le bois énergie peut provoquer des émissions polluantes, en particulier lorsque les appareils de chauffage utilisant le bois ne sont pas performants ou ne sont pas correctement entretenus.

Les cheminées et les inserts émettent notamment des particules fines et des gaz néfastes, qui peuvent se répandre dans l’atmosphère et même dans le logement lorsque le foyer est ouvert. C’est pire si le conduit de cheminée est encrassé et si le bois utilisé pour se chauffer est humide.

Globalement, les cheminées ouvertes et fermées non performantes datant d’avant 2002 représentent 50% du parc national et 80% des émissions de particules fines. Pour éviter les émissions de particules fines de votre installation au bois, il est ainsi conseillé de choisir un appareil récent et respectueux de l’environnement, en favorisant une chaudière au bois, un poêle à granulés ou un poêle de masse, ou en tout cas des appareils qui possèdent un Label Flamme Verte avec au moins 5 étoiles (idéalement 7*) et les meilleures performances énergétiques possible. Selon l’ONF et l’ADEME, un appareil à foyer fermé possédant le label Flamme Verte 5* peut émettre jusqu’à 30 fois moins de particules fines qu’un foyer ouvert sans label, en utilisant le même combustible à base de bois.

Le bois, source d’énergie durable

Chaleur renouvelable

Le bois est considéré comme la première source d’énergie renouvelable en France. Les forêts sont nombreuses et le chauffage au bois est une habitude de longue date pour les Français, notamment dans les zones rurales. Le recours au bois pèse déjà 40% de la production d’énergie renouvelable française et continue de se développer au même rythme que les forêts qui constituent une ressource locale et durable.

Pour l’Agence de la transition écologique, l’ADEME, le développement de la biomasse et en particulier du chauffage au bois, est un enjeu important dans l’atteinte des objectifs de la France sur les énergies renouvelables. Car le bois rejette beaucoup moins de substances néfastes que les hydrocarbures et les énergies fossiles, mais surtout le bois est neutre  en émissions de carbone, puisque lors de sa combustion il rejette uniquement le CO2  capturé pendant son processus de croissance et pas un gramme de plus. Et si on prend le bois à l’échelle plus globale, il peut même s’agir d’une énergie renouvelable dont l’impact carbone est négatif lorsqu’il est issu d’une forêt durable qui a pour objectif est de replanter plus d’arbres que le nombre abattu pour la création de bois de chauffage.

Énergie économique

Le bois est un produit bon marché, présent en grand nombre en France et d’excellente qualité. Selon des études de GRDF et du Ministère de la Transition Écologique, le bois est même de loin l’énergie de chauffage la plus économique, lorsqu’on compare son rendement énergétique. Ainsi, en PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur, un standard de comparaison des combustibles exprimé en € par kWh, soit la chaleur obtenue par unité), le bois énergie et ses dérivés (bois bûche, pellets, plaquette forestière, bois densifié) représente un coût inférieur à 6 centimes d’euros par KiloWattheure, tandis que toutes les autres énergies se situent au-dessus des 8 centimes et jusqu’à plus de 17 centimes pour le chauffage électrique.

Le label flamme verte

A quoi sert le label Flamme Verte ?

Le label Flamme Verte permet de classer les appareils à bois selon un système d’étoiles : plus le nombre d’étoiles est élevé, plus la performance de l’appareil de chauffage sera meilleure.

Les critères de l’appareil de chauffage

Les critères retenus pour l’attribution de la note Flamme Verte pour un appareil de chauffage au bois sont les suivants :

  • le rendement énergétique 
  • les émissions de particules fines
  • les émissions de monoxyde de carbone

Depuis 2020, seuls les appareils de chauffage obtenant une note de 7 étoiles peuvent obtenir le label Flamme Verte, ces équipements sont les plus performants du marché du chauffage au bois domestique.  

Avantages pour la planète

Les appareils labellisés Flamme Verte sont écologiques, les critères de performances veillent particulièrement :

  • au respect de l’environnement 
  • à la protection de la qualité de l’air

Avantages à l’achat

Les chaudières à bois équipées du label Flamme Verte permettent aux utilisateurs de s’assurer d’une consommation réduite de bois de chauffage, leur permettant de réaliser des économies. En plus d’apporter une meilleure efficacité énergétique, ils sont les seuls appareils à pouvoir bénéficier d’aides financières de la part de l’État lors de leur installation. 

En effet, s’ils sont généralement plus chers à l’achat, les appareils au bois labellisés peuvent être subventionnés dans le cadre du dispositif Ma Prime Rénov’, la prime CEE ou par le Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique (CITE). Les travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique du logement bénéficient en plus d’une TVA réduite à 5,5% si le logement a plus de deux ans. Et l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) en partenariat avec les collectivités locales, offre même une aide financière aux propriétaires occupants aux revenus modestes, souhaitant acquérir ce type d’installation.

Les aides peuvent être significatives et l’investissement peut ainsi être très vite rentabilisé, surtout que des prêts à taux zéro sont spécifiquement accordés pour ces projets jusqu’à 30 000€.  

Quels gestes adopter pour moins polluer ?

Plusieurs éco-gestes sont à retenir pour une utilisation optimale de son chauffage au bois, dans le but de préserver l’environnement.

GESTES À FAIREGESTES À EVITER
Privilégier le bois provenant d’arbres à feuilles dures avec une densité importante et un bon pouvoir calorifique, comme le chêne, le charme et le hêtreChoisir des bûches de bois de feuilles tendres (châtaignier, peuplier, saule) ou de résineux et avec une combustion rapide mais peu intense et une faible puissance de chauffage
 Réduire la charge de combustible introduite dans l’appareil de chauffageObturer les entrées d’air, ce qui limite la puissance délivrée par l’appareil
 Laisser le bois vert sécher dans un endroit sec et aéré et l’utiliser lorsqu’il est bien sec Brûler le bois humide augmente les émissions de particules fines et fait chuter le rendement en chaleur
Effectuer  un ramonage fréquent et un entretien régulier de votre appareil, c’est-à-dire une à deux fois par an minimum Conserver une vieille installation de chauffage non entretenue, comme les cheminées à foyer ouvert qui datent d’avant 2002

Et la plupart de ces actions sont éconogiques, puisqu’elles permettent de réaliser des économies en plus de protéger l’environnement. Avec ces connaissances et l’adoption de ces réflexes, le chauffage au bois est définitivement une excellente solution de chauffage et à moins de produire sa propre énergie il parait impossible de trouver un moyen qui produise moins d’émissions de CO2 que le bois énergie.

À SAVOIR : Au 1er janvier 2022 la Norme ÉCO DESIGN va continuer de se renforcer : cette norme européenne impose un marquage énergétique basé sur des critères d’éco-conception afin d’obliger les appareils de chauffage au bois au respect de l’environnement. Le but étant de réduire l’impact négatif des émissions de particules fines et de gaz dans l’atmosphère, tandis que les consommateurs devraient être amenés à faire des économies d’énergie.  

Laisser un commentaire