fbpx

La mobilité douce en Corse

Afin d’encourager la mobilité douce, la région Corse s’est donné des objectifs bien précis. Pour ses 330 000 habitants et plus de 2 millions de touristes chaque année, la Corse s’est engagée à développer des réseaux de pistes cyclables, à mettre en place une aide à l’achat de vélo à assistance électrique, et à développer l’éco-tourisme sur son territoire.

Les aides à l’achat de vélo à assistance électrique

La Collectivité de Corse alliée à l’Agence d’Aménagement durable, d’Urbanisme et d’Energie de la Corse (l’AUE) est chargée du suivi et de la mise en œuvre de la politique énergétique régionale. Dans le but de valoriser et développer la mobilité douce sur la Corse, l’AUE a décidé de mettre en place une aide à l’achat de vélo à assistance électrique (VAE) à destination des particuliers, mais aussi des collectivités et des entreprises. 

Mise en place depuis mai 2016, cette aide vise à sensibiliser les citoyens corses à l’utilisation du vélo, comme mode de déplacement à part entière, tout en encourageant les villes et agglomérations à investir dans les infrastructures nécessaires à son développement. À hauteur de  25 % du prix d’un VAE, la prime est plafonnée à 500€ et le bénéficiaire doit acheter son VAE (neuf ou reconditionné) auprès d’un vélociste partenaire de l’opération qui déduira directement le montant de l’aide au moment de l’achat. Cette opération est un franc succès, avec 700 bénéficiaires de la prime en 16 mois. Pour les 3/4 des bénéficiaires, l’acquisition du VAE a eu pour effet de réduire l’usage de leur véhicule et 90% d’entre eux déclarent utiliser leur VAE plus de 2 fois par semaine pour réaliser en moyenne 60 kms par semaine.

Cette aide à l’achat d’un vélo électrique en Corse est cumulable au bonus vélo, l’aide à la mobilité douce proposée par l’État, ainsi qu’à la prime à la conversion pour l’achat d’un VAE pour remplacer un véhicule thermique.

L’achat groupé de vélo électrique de la région Corse réduit le prix de votre VAE grâce à la force du nombre 💪

Le développement de la Corse : Pour un futur durable et plus vert

La Corse s’engage dans la transition écologique en incitant ses administrés à se mettre à la mobilité active, mais également en menant de nombreux projets innovants permettant d’offrir à la population corse des moyens de transports et également une électricité propre et à moindre coût, tout en agissant activement pour la future indépendance énergétique de l’île.

La Corse : le pari de la mobilité douce

De nombreuses villes de Corse se mettent à la mobilité douce. Par exemple à Bastia, en 2021, dans le cadre de son projet de transition écologique durable, l’Institut Régional d’Administration a fait l’acquisition d’une flotte de vélos électriques, destinée à ses 76 étudiants. Un projet de mobilité douce et durable pour permettre aux stagiaires de l’établissement, des déplacements de proximité et des stationnements facilités. Les vélos sont limités à une vitesse maximale de 25 km/h et possèdent une autonomie de 60 km. 5 appareils pour 76 élèves, c’est peu, mais si l’expérience est concluante, l’institut se dit prêt à agrandir sa flotte. À noter que l’IGESA (l’Institut de gestion sociale des armées) et la municipalité de Bastia sont également intéressées par ce projet. Si les vélos à assistance électrique de l’institut séduisent les usagers, il y a fort à parier d’en voir de plus en plus circuler en ville dans les prochaines années.

De plus, l’Institut Régional d’Administration de Bastia n’a pas fini d’investir dans la transition écologique et les énergies renouvelables. En effet, l’institut compte réduire à zéro sa consommation de plastique tout en accélérant son indépendance énergétique, via l’installation de panneaux solaires et de nouvelles isolations thermiques, afin, à terme, d’être complètement indépendant énergétiquement. De quoi alimenter en électricité verte tous les moyens de transports utilisés pour le déploiement de la mobilité active sur son territoire ?

Aménagement d’une nouvelle piste cyclable à Ajaccio

La ville d’Ajaccio est également moteur dans le déploiement du cycle, puisqu’elle se lance dans le réaménagement de ses voies de circulation, afin d’y faciliter la pratique de la mobilité douce. En effet, la ville a décidé de créer une voie pour les vélos et piétons, avec pour objectifs de séparer le flux piéton de la zone « cycliste », une demande aussi formulée par les associations. Cette nouvelle piste cyclable de 6 kms, dont les travaux débuteront à l’horizon 2022, aura pour but d’améliorer et de faciliter le confort et la pratique du vélo sur la zone, sécurisant de fait la déambulation piétonne le long de la voie.

De plus, les vélos à assistance électrique permettent d’envisager un recours massif à ce mode de transport, en touchant un plus large public. Il représente donc une véritable opportunité de mobilité. La Collectivité de Corse entend ainsi promouvoir et développer ce transport alternatif, notamment dans les zones périurbaines.

Pour la collectivité de Corse cette nouvelle infrastructure va s’imbriquer dans le projet à plus grande échelle d’une nouvelle voie cyclable de 20 kilomètres entre les îles Sanguinaires et le pont du Prunelli. Le développement de ce réseau de pistes cyclables, permettra aux cyclistes confirmés et amateurs de profiter d’un nouvel aménagement en front de mer. Confortable et pratique, la piste profitera aussi bien aux locaux qu’aux touristes et favorisera la (re)découverte de la ville et les trajets maison-travail de manière écologique.

Le projet MobiSmart

En 2019, EDF Corse dévoilait l’aboutissement d’un travail de recherche et de développement nommé « MobiSmart”. Une innovation au service de la mobilité électrique et d’une production faible en carbone. Avec 1 165 véhicules électriques (VE) et Véhicules hybrides rechargeables (VHR) en circulation sur le territoire corse, l’intérêt pour les véhicules “verts” posait un problème d’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité sur l’île. C’est pour répondre à cette problématique, et au développement croissant des moyens de transport électriques, que le projet MobiSmart a été lancé.

Parallèlement à ce projet, le label ADVENIR ZNI (pour Zones Non Interconnectées), qui œuvre pour un développement à grande échelle sur le territoire, a été présenté. Créé en 2016, le programme ADVENIR vise, grâce au mécanisme des CEE (certificats d’économie d’énergie), à compléter les initiatives publiques de soutien à l’électromobilité en cours. ADVENIR finance au travers de primes le déploiement d’infrastructures de recharge. Il est un des principaux dispositifs de financement des infrastructures de recharge du véhicule électrique en France.

Avec ce projet, d’ici 2030, EDF Corse ambitionne d’avoir 100% de sa flotte d’utilitaires fonctionnant à l’électricité. Ce projet s’est développé grâce à une attente du territoire qui place la mobilité électrique comme préoccupation majeure. L’enjeu est de diminuer l’utilisation d’énergies fossiles et de diminuer l’impact de la voiture sur l’environnement.

Le projet « MobiSmart » consiste à utiliser un certain type de source d’énergie avec une optimisation des sources renouvelables (solaires et éoliennes notamment) en remplacement du fioul, en fonction de la demande et des heures de la journée, grâce au centre de dispatching d’Aspretto. Ce centre de dispatching, géré par EDF, abrite l’ensemble des commandes du réseau. C’est de là que part la fourniture d’électricité des 220 000 foyers de l’île. Cette solution permet de décarboner 25% de la recharge électrique.

Les premières bornes « MobiSmart » ont été installées près des locaux d’EDF d’Ajaccio et de Bastia, et servent à recharger les véhicules de l’entreprise. Deux entreprises corses ont été associées à EDF, DRIVECO pour la fabrication et INGEO pour l’installation des bornes de recharge. Toutes deux étaient déjà labellisées ADVENIR.

Le développement du tourisme vert et actif en Corse

Pour compléter les dispositifs mis à disposition de ses citoyens, la région Corse mise aussi sur le développement de la mobilité douce afin de sillonner la Corse, pour réduire la pollution du tourisme et attirer les adeptes du tourisme vert et des nombreux français qui souhaitent voyager en France sans prendre l’avion. Ainsi, avec les offices du tourisme de la région, la Corse a créée des circuits pour parcourir l’île, entre mer et montagne, en vélo à assistance électrique. Les parcours empruntent des petites routes très peu fréquentées où il est agréable de pédaler à son rythme. Le vélo électrique en Corse est le compromis idéal pour allier tourisme, liberté et écologie.

La Corse est la quatrième plus grande île au large de la Méditerranée, elle offre aux nombreux touristes qui la visitent un paysage naturel qui se prête à une grande diversité d’activités. L’environnement étant au cœur du mode de vie corse, de nombreux établissements ont fait le pari de favoriser l’écotourisme, ou tourisme vert. La Corse est donc une destination recommandée pour tous les amoureux de la nature.

L’écotourisme en Corse prend en compte une large gamme d’activités. Parmi les différents loisirs proposés aux touristes figurent : les promenades le long du sentier de la mythique randonnée du GR20, les visites de réserves naturelles (à Cerbicale, Tre Padule de Suartone, Scandola, etc.) ou encore un tour dans les zones communautaires réservées aux oiseaux. Les populations rurales tirent profit de ce nouveau mode de voyage, qui privilégie les zones de natures et les productions locales et biologiques, au détriment des hôtels touristiques des grandes villes de la côte.

Le cyclotourisme corse s’insère parfaitement dans ce cadre du voyage vert et il pourrait même venir concurrencer les plus grands circuits sportifs de la région. En effet le GT20 est une alternative sérieuse au GR20, pour ceux qui sont plus à l’aise à vélo qu’en randonnée pédestre. Le GT20 propose en effet un circuit cyclable de 550 kilomètres à travers la Corse du Nord au Sud, réalisable en 13 étapes. Le départ se fait de Bastia et du Cap Corse, tandis que l’arrivée est à Porto Vecchio et Bonifacio : le parcours alterne les chemins côtiers et la montagne centrale. Le GT20 peut être réalisé en VTT aussi bien qu’en VTC classique et on trouve sur le tracé des hébergements dédiés aux cyclistes, proposant notamment des bornes de recharges pour ceux qui réalisent le trajet en vélo électrique. Ce tourisme responsable à vélo permet une découverte du patrimoine naturel corse, en protégeant sa biodiversité et en limitant les émissions de carbone tout en profitant pleinement de son séjour.

Selon une étude Harris Interactive de 2018, plus de 7 français sur 10 souhaitent partir en voyage durable et la tendance est la hausse. Ainsi, 90 % des Français se disent attentifs à l’environnement lorsqu’ils partent en voyage, tandis que 39% se déclarent très attentifs au respect de la faune, de la flore et des ressources. En réalité, la société toute entière tend à opter pour des séjours plus authentiques, moins lointains, plus responsables. La crise du Covid-19 a d’ailleurs amplifiée cette tendance de fond en incitant les Français à (re)découvrir leur patrimoine touristique cet été.

Laisser un commentaire